2.1 C
Paris
décembre 12, 2019
intelligence strategique
Economie

Crise de la dette européenne : de l’innovation messieurs!

Tout d’abord, je rappelle aux éventuels intéressés qu’une liste des articles concernant la crise de la dette américaine est disponible : ici ; nous en mettrons une en ligne sur la crise européenne dans la semaine. En attendant, voici les réactions d’Intelligence Stratégique sur l’actualité économique du week end (qui a forcément dû retenir votre attention, sinon vous n’auriez pas fait exploser la bande-passante du site comme vous l’avez fait).

Arrêtons-nous un instant sur la phrase de la semaine. Elle est signée François Hollande. « La dette est l’ennemie de la gauche.«  Lumineux! La dette publique serait donc… de droite?! Que la gauche souhaite rassurer les électeurs sur les politiques qui seront mises en place si elle arrive au pouvoir, soit. Mais M. Hollande a-t-il oublié que l’endettement est le moyen généralement utilisé pour financer de grands investissements, politique kéynésienne s’il en est? Bien évidemment tous les keynésiens ne sont pas de gauche, mais la droite française ne s’est jamais réellement distinguée par sa passion de l’impôt ou de l’investissement public (paradoxal quand on sait que les gouvernements les plus proches de respecter l’orthodoxie budgétaire ont surtout été de gauche). Bref, que fait M. Hollande sinon flirter avec les centristes en balançant des lapalissades?

Venons-en aux défis de la semaine. Le Monde.fr titrait, hier : Semaine cruciale pour la zone euro. En effet, un sommet extraordinaire a été décidé pour le 21 juillet. De quoi va-t-on parler? Uniquement de solutions qui ne satisferont pas les marchés, a priori. Il ne s’agit pas ici de critiquer le comportements des dits-marchés ; encore une fois : ce n’est pas le propos d’Intelligence Stratégique que de prendre parti.

Mais attardons-nous sur les résultats possibles de ce sommet. Sauf miracle, ce sommet se traduira par un communiqué commun des pays de la zone euro, affirmant leur solidarité envers les réformes grecques et leur volonté farouche de lutter contre le cancer de la dette. Formidable. Mais ce qui pourrait réellement avoir un impact sur la crise de confiance chronique secouant la zone euro, ce n’est pas une énième déclaration formaliste et formatée.

Non, ce qu’il faut pour « retourner un cycle« , c’est de l’innovation, du neuf.

Il faut marquer ce sommet d’une pierre rouge, choquer les esprits, faire douter les sceptiques. Il s’agit de convaincre le monde économique que ce sommet sert à quelque chose, et que les politiques ne sont pas ce qu’ils sont, à savoir les dindons de la farce de l’écosystème financier.

Les plans économiques de sauvetage règlent à chaque fois le problème de liquidité, mais jamais le problème de confiance. Et celle-ci ne s’achète pas. En fait, il est impossible de s’assurer de l’effet de mesures prises pour rétablir la confiance. Mais il faut cesser de croire que c’est parce que les réformes grecques ne sont pas assez sévères que la confiance n’est pas revenue. Ce qu’il faut, c’est rétablir l’illusion de contrôle que les politiques ont perdu.

L’homme de pouvoir sait quand il n’en a aucun. Mais il n’en dit rien au monde, afin de ne pas donner l’impression de ne rien contrôler. Les hommes politiques européens n’ont pas respecté cet axiome fondamental de la vie politique, et il est désormais nécessaire qu’ils se réapproprient ce qu’ils ont perdu : leur influence. Comment? En prenant à contre-pied ceux qui les écoutent encore, par une déclaration novatrice et inattendue.

Alors Messieurs, surprenez-nous!

Related posts

Crise de la dette américaine : une prophétie autoréalisatrice en action

Intelligence Strategique

[EN] Are there any phenomena which can be proven not to have been predetermined?

Intelligence Strategique

Le saut fédéral : solution pour une Europe-puissance ? (1/2) Un transfert de légitimité démocratique

Intelligence Strategique

Histoire de l’endettement (1/2) : la guerre, nerf de l’endettement

Intelligence Strategique

Ben Bernanke : l’art de discourir sur le passé pour ne pas évoquer le présent

Intelligence Strategique

Crises de la dette : la fin d’une idéologie?

Intelligence Strategique

Laisser un commentaire